samedi 26 janvier 2008

Le Bal à Scola



Adapté par Ettore Scola de la pièce de théâtre mise en scène par la Troupe du Campagnol et Jean-Claude Penchenat, Le Bal nous offre un voyage insolite dans le temps en évoquant la société française à travers la musique et la danse, du front populaire aux années 80. Pour Scola, "Le bal", est un film muet dont les dialogues existent au travers des sourires, des mouvements, des musiques. Entreprise audacieuse qui arrive cependant à mettre dans le mille. On tourne les pages d’un carnet de voyage dans le temps qui émeut et amuse. Des hommes et des femmes dans une salle de bal, traversent les années avec leurs drames et leurs petits bonheurs, au gré des modes musicales en mouvement. La bande musicale réalisée par le talentueux Vladimir Cosma enchaîne avec habilité des chansons évocatrices de grands moments d’Histoire et génératrices de souvenirs et de nostalgie. Les couples se forment ou se détruisent au gré des événements qui les emportent. Occasion idéale pour le metteur en scène de rendre hommage au cinéma de Chaplin, aux comédies musicales de Fred Astaire et Ginger Rogers, ou aux grands rôles de Gabin. Coté technique et mise en scène, Scola fait complètement oublier le problème du décor unique à Cinecittà et de l’immobilisme qui pourrait en découler. Difficile de faire plus maitrisé et original que cet éclat de météorite cinématographique !
« Le Bal » a connu un vif succès auprès du public et des critiques, raflant trois Césars et une nomination à l’Oscar du meilleur film étranger (1984).



2 commentaires:

  1. Excellent, excellent en effet. Un film furieusement original

    RépondreSupprimer
  2. Fred> au moins deux qui ont aimé alors !

    RépondreSupprimer

Commentaire de :