lundi 10 décembre 2007

VOLTAIRE vs ROUSSEAU : "Nous nous sommes tant haïs."


Loin de l’étude littéraire autour de la célèbre querelle épistolaire entre Voltaire et Rousseau, ce billet tient à faire part de l’admiration sans borne que je porte à la langue brillante dans laquelle ces beaux esprits du XVIIIème siècle ont correspondu sans en venir aux mains. L’affrontement d’idées de ces deux phares du Siècle des Lumières se perpétue encore de nos jours au travers d’idéologies politiques ou de principes éducatifs. Pourquoi les partisans des principaux mouvements révolutionnaires à venir défilèrent-ils avec le Contrat Social sous le bras et pas avec le Candide de Voltaire ? Pourquoi a-t-on voulu faire de Rousseau le défricheur des grandes idées modernes et Voltaire le dernier des Classiques au service de l’Aristocratie alors qu’il a contribué tout autant que le premier mais sur un mode différent à sa chute ? Je laisse ces deux questions en suspens.

Le point de départ de la querelle est un essai philosophique de Rousseau commencé en 1753 et publié en 1755, en réponse à un sujet de l'Académie de Dijon intitulé: « Quelle est l'origine de l'inégalité parmi les hommes et si elle est autorisée par la loi naturelle ? »

L’inspiration polémique qui unit les textes proposés y prend des formes différentes : la légèreté de Voltaire convient à l'éloge d'une société brillante mais un peu futile; la gravité un peu pontifiante de Rousseau se prête à l'éloge des sociétés archaïques. Dans le registre polémique, les deux hommes manifestent leur singularité : Voltaire y déploie un tempérament railleur qui lui fait connaître et désigner ses adversaires. Rousseau, quant à lui, a beau stigmatiser "l’éloquence frivole" : il n'en donne pas moins un vigoureux exemple où s'affirme une idéologie austère et vindicative peu soucieuse de nuances.
*

6 commentaires:

  1. Il jouaient dans quel groupe déja ?

    RépondreSupprimer
  2. l'intello> vous voulez dire dans quelle catégorie? Celle des "poids lourds". Egalité à la fin du combat selon les juges, bien que pour moi Voltaire menait légèrement aux points (aux poings?).

    RépondreSupprimer
  3. A quand Roux contre Combaluzier ?

    RépondreSupprimer
  4. A.nonim> Normalement prévu aprés Chaffoteaux vs Maury.

    RépondreSupprimer
  5. On dira ce qu'on voudra, ça vaut pas une finale Jacob-Delafon...

    RépondreSupprimer
  6. G&M> d'accord, mais la dernière finale Jacob-Delafon: "Aux chiottes l'arbitre! "

    RépondreSupprimer

Commentaire de :