lundi 14 avril 2008

L'aquarium du pauvre d'Eugène Corbin


Jean-Baptiste Eugène CORBIN (1867-1952), directeur des Magasins Réunis, commanditaire et collectionneur est attiré par la modernité. Il se passionne pour l'École de Nancy dont il devient, dans la cité, l'un des principaux mécènes. Il fait une importante donation à la ville de Nancy en 1935 comprenant plus de 600 pièces de sa collection d'abord présentées dans les galeries Poirel et transférées en 1964 rue du Sergent Blandan : l'actuel Musée de l'École de Nancy et ancienne propriété d'Eugène Corbin. Celle-ci était située à l’origine dans un vaste parc dont il subsiste un jardin très agréable qui participe pleinement à la découverte de l'École de Nancy. Les ambiances végétales restituent l'atmosphère des jardins début de siècle et le choix des essences s'est porté vers des plantes issues des hybridations des horticulteurs nancéiens à la fin du XIXe siècle : lilas, pivoines, hortensias, anémones...
Il abrite un aquarium, édifice original dont la construction fut vraisemblablement projetée, à la demande d'Eugène Corbin, par l'architecte Lucien Weissenburger (1860-1929) en 1904. Cet édifice, spectaculaire et unique, semble avoir été inspiré par les "folies" du XVIIIe siècle. L'aquarium a également été rénové en 1999 et accueille de nouveau des poissons, visibles depuis le rez-de-chaussée ; il est orné de vitraux de Jacques Gruber (1870-1936).


Photo haut: détail d'un "vase libellule" d'Émile Gallé.

Ci-dessous : trois documents photographiques personnels



VITRAIL DE JACQUES GRUBER

***
***

10 commentaires:

  1. un ex et perfide nanceien15 avr. 2008 à 12:45:00

    Ah ! Les Magasins Réunis et leur célèbre "J'en ai plus, j'en attends !" permettant aux vendeurs-euses de rester planqués à la caisse au lieu d'aller chercher dans les stocks...

    RépondreSupprimer
  2. Au couple Alex et Nancy Perfide> Le bureau des réclamations se trouve désormais au cimetière de Préville : prière de glisser vos billets de doléances dans l'urne d'Eugène... (humour anglais)

    RépondreSupprimer
  3. On-ze raude Eugène ?

    RépondreSupprimer
  4. k.neudit> Ce jeu de mots laid m'incite à regarder Shrek en V.O pour connaître l'ânerie d'origine du bourricot amenant cet équivalent de francisation du titre des "Nourriture en boîte". Quoi qu'il en soit : "Don't Guy Forget to boogie".

    RépondreSupprimer
  5. "Te vois donc pas qu't'Eugène".

    RépondreSupprimer
  6. Salve de bons mots en ce début de soirée. Je fais des réponses aux commentaires en direct. La liste des mots d'auteurs risque d'être longue sur l'Eugène Éric.

    RépondreSupprimer
  7. Comment, comment ?! Même pas cité, le plus connu du bougre réputé pour son austérité: "Où y'a de l'Eugène y'a pas de plaisir."

    RépondreSupprimer
  8. Macheprot> Merci, voilà qui est fait par l'homme empruntant le nom du célèbre cancre de Cabu dans la rubrique de Pilote intitulée "Le potache est servi".

    RépondreSupprimer
  9. Sans doute "austère" ce Monsieur Corbin, mais qui a fait vivre des centaines de Familles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et quand on est riche, c’est bien de faire vivre les pauvres qui sans vous seraient morts de faim, ou pire encore, auraient sombré dans l’oisiveté qui est mère de tout Levis.

      Supprimer

Commentaire de :