vendredi 2 février 2007

Les Vents de Hurlehaut


Déçu par la production cinématographique du moment, je me suis refait dernièrement une cure de vieux classiques en piochant dans le secteur DVD de la médiathèque. Le troisième homme, Métropolis, La grande illusion, Le grand sommeil, Mort à Venise

Ces emprunts me remirent un peu de baume au cœur. Tiens! les hauts de Hurlevent. Je n’avais pas revu ce classique depuis au moins un siècle. C’est vrai, ce film de 1939 de William Wyler tiré du roman d’une des sœurs Bronte, a pris un traître coup de vieux. Le romantisme échevelé tourne parfois au grandiloquent. Un chouia kitch en somme, mais pas désagréable. Par association, le dernier élément du triptyque m’est revenu à l’esprit. Kitsch à souhait aussi la grande Kate qui n’est pas bien entendu la fille, ni la petite fille, du président américain du moment. Cette chanteuse britannique atypique apparue à la fin des années 70 conjuguait des talents de danseuse, de mime, de compositrice et de parolière. Elle fut l’auteur de quelques tubes de l’époque dont le célèbre «Wuthering Heigths» .

Une voix étonnante et des thèmes de chanson qui tranchaient sur la vague Punk du moment. De tube à You Tube il n’y a qu’un You. En trois clics, je pouvais revoir trois clips, limite scopitones, de la diva baroque. Kate-Cathy battait la lande dans la bourrasque pour rejoindre la demeure d’Heathcliff. Frappant à sa fenêtre, elle le conjurait d’ouvrir sa porte pour fondre dans ses bras repentante.

Un scopitone de ses "hauteurs véhémentes"

4 commentaires:

  1. Génial, depuis le temps que je voulais revoir ce clip de Kate Bush. Je vais rgarder sur You Tube que je ne connaissais pas pour voir les autres. Excellent blog par ailleurs. Je reviendrai.

    RépondreSupprimer
  2. Laura> Merci et bonne pioche sur You Tube. Mlle Buisson a encore des adeptes sur notre sol...

    RépondreSupprimer
  3. C'est drôle, j'ai redécouvert "Army dreamers" de la même il y a quelques semaines à peine...

    RépondreSupprimer
  4. Loir> Etonnant personnage que Kate Bush et son monde en marge de l'étrange. J'aime bien aussi l'univers sonore de "Breathing".

    RépondreSupprimer

Commentaire de :