mercredi 28 décembre 2011

Bonnes Fêtes



Les quatre citations du jour de Tonton Pierrot :

"Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles." [ Sénèque ]

"Quand les dieux désirent nous punir, ils exaucent nos prières." [Oscar Wilde]



"Quand on suit une mauvaise route, plus on marche vite, plus on s'égare." [Denis Diderot]

"Il ne faut jamais juger les gens sur leurs fréquentations. Tenez, Judas, par exemple, il avait des amis irréprochables." [Paul Verlaine]


La dernière me fait toujours sourire...

jeudi 22 décembre 2011

Les grands photographes


Philip-Lorca diCorcia


Philip-Lorca diCorcia


Robert DOISNEAU

Robert DOISNEAU

Robert DOISNEAU - Jacques Prévert

Robert DOISNEAU

Helmut NEWTON

Bettina Rheims
Henri CARTIER BRESSON

Henri CARTIER BRESSON

Henri CARTIER BRESSON

Henri CARTIER BRESSON

Jacques-Henri LARTIGUE

Jacques-Henri LARTIGUE

Lord SNOWDOWN

Lord SNOWDOWN

Lucien CLERGUE

Philip PLISSON

Philippe HALSMAN

Philippe HALSMAN

Raghu RAI

Raghu RAI

Robert CAPA

Robert CAPA

Richard AVEDON

Richard AVEDON
Cecil BEATON

Après avoir exploré ce que l'on partageait actuellement sur la toile dans le domaine de la photographie: retour aux fondamentaux. Les technologies évoluent, mais les grands photographes classiques ne sont pas déboulonnés de leur piédestal. Ils restent indémodables, incontournables pour le béotien que je suis et qui campe sur ses positions. Rien ne remplace le savoir faire et l’œil inspiré des maîtres. On aime, ou on n’aime pas l'arrivée de la technique HDR, on loue le numérique ou regrette l’argentique, on ne fustige pas le recours à la photocomposition logicielle, quoi qu'il en soit, la bonne photo n'est que fortuitement un effet du hasard ou l'extrait miraculeux d'une série en rafale qui souhaiterait bétonner la capture d'un instantané réussi. Le brin de poésie, le style, la patte, la qualité de la composition, cela ne s’invente pas, comme dans n’importe quelle discipline artistique qui se respecte. La rigueur, les fondamentaux, la science des lignes et du cadrage, ne tombent pas du ciel dans l'escarcelle de l'amateur du dimanche. Pour exemple, un rapide florilège de quelques photos très célèbres qui tiennent toujours à mes yeux le haut du pavé. Pour les nouveaux venus, l'histoire jugera de leurs talents... si elle n'a rien d'autre à faire...

Note: dans les heureuses découvertes de photographes contemporains, j'ai apprécié les travaux que propose Hengki Koentjoro visibles en suivant ce lien 

samedi 10 décembre 2011

PIXELNASE, pas naze du tout !



Par le biais de Google+, j’ai eu l’occasion de faire une recherche «toilo-cybernétique» concernant la provenance exacte d’images de synthèse intéressantes figurant sur le mur d’un membre de mes cercles. En quelques clics, je suis arrivé sur le site d’un certain Leo Patzelt, ressortissant allemand, habitant non loin de Francfort. Celui-ci, fort modeste au demeurant, indique qu’il s’est prétendu artiste jusqu’à l’âge de 10 ans, tant qu’il trouvait que le papier peint de sa chambre avait bien meilleure allure quand il y affichait quelques unes de ses créations.  En 2005, il découvrit qu’un logiciel appelé Photoshop existait. Il développa immédiatement à son égard une forme d’addiction.

Mes "posts" photo sur Google +


J’ai glané çà et là sur Internet quelques photocompositions de notre homme  paraphées de son alias: Pixelnase.


Plus de photos ici - More pictures here : Album Picasa

Le site de Leo Patzelt : Photoshop ART



lundi 5 décembre 2011

LARIX DECIDUA




Synonymes, noms vernaculaires : Larix europaea, Mélèze d'Europe, ou Mélèze commun. Larix est le nom de cet arbre en latin classique, issu lui-même du gaulois. Mélèze serait d'origine dauphinoise, "mel", signifiant miel.

Famille : Pinacées ou Pinaceae

Le mélèze se différencie des autres genres de Pinaceae par ses épines caduques  de forme aciculaires, peu coriaces, insérées en rosette sur les rameaux courts ou isolément sur les rameaux longs. Les aiguilles se concentrent par touffes composées de 35 à 40 aiguilles le long des rameaux. Les mélèzes sont les seuls conifères d'Europe qui perdent leurs aiguilles en hiver. Alors que les épicéas, les pins et les sapins les conservent, les épines de mélèzes, comme les feuilles des feuillus, roussissent en automne et chutent en hiver.

Description : arbre atteignant 30 à 40 mètres, à port pyramidal et cime aiguë. Les feuilles sont caduques, vert clair, souples, en rosette sur les rameaux courts et isolément sur les pousses de l’année. Les inflorescences mâles sont jaunâtres, les femelles rougeâtres. Les cônes, ovoïdes, de 3 à 5 cm de long, pédonculés, sont dressés sur les rameaux. Les écailles sont droites et appliquées. Les jeunes rameaux, grêles, présentant une couleur grise ou jaunâtre. Le rhytidome, épais et fissuré en crêtes brunes ou rougeâtres, est parcouru de sillons rosâtres.

Biologie et acclimatation : espèce d’altitude de l’arc alpin comme le Pin cembro et le Pin à crochets. Elle a été introduite en plaine dans divers massifs forestiers. Cette essence exige une atmosphère sèche, un sol bien alimenté en eau et une forte luminosité. Sa longévité est de 500 ans environs.

Intérêts :  c’est une belle espèce ornementale au feuillage léger, vert clair au printemps, jaune puis roux en automne, et à cônes persistants. Les rameaux gris jaunâtres sont très attractifs en hiver. Cette essence forestière donne du bois de qualité employé en menuiserie, en ébénisterie, en construction, ainsi que pour la fabrication de lambris, de poteaux et d’objets divers.
Les feuilles produisent la "manne de Briançon" ou "térébenthine de Venise" , particulièrement riche en mélèzitose, sucre aux propriétés purgatives.