mercredi 23 novembre 2011

Google Doodle - Stanislas Lem -

Stanislas Lem est un écrivain de science-fiction polonais né le 12 septembre 1921 à Lviv et mort le 27 mars 2006 à Cracovie, Pologne. Son œuvre, traduite en 40 langues, caractérisée par l'étendue de sa palette, est construite autour d'une vision critique du comportement humain. Stanislas Lem est également l'un des écrivains polonais les plus traduits aux côtés de Gombrowicz et Sienkiewicz. Solaris est sans doute son roman le plus célèbre et a été porté au cinéma par Andreï Tarkovski en 1972 puis par Steven Soderbergh en 2002. Wikipédia.

Les différentes étapes du mini-jeu proposé par Google dans son dernier Doodle vous amènent à résoudre des énigmes vous permettant de récupérer des pièces reconstituant la tête d'un robot de fin de jeu. Celui-ci paraît perdre son sang froid malgré une quête scrupuleuse et aboutie. Peut-être faut-il accomplir sa mission dans un temps record pour voir apparaître un "Y" à la place d'un "N", mais là, j'extrapole? Ces étapes figurent dans l'illustration du billet. Vous devriez vous en tirer sans grandes difficultés.

jeudi 17 novembre 2011

Joyeux anniversaire, mes vœux les plus sincères (voix de baryton)



Deux ans, Gabriel, deux bougies, deux parents, deux arrière mamies... mais quatre grands-parents et cinq oncles et tantes qui te souhaitent un joyeux anniversaire. Charge quand même aux parents de passer le message. La génération informatique est précoce, mais la lecture du texte arrive normalement plus tard que celle des clips sur Youtube. Pour leur simplifier la tâche, j'ai mis un peu de musique en version française dans le mien, parce que je suis affreusement traditionaliste et que je ne connais pas bien celle qui dit : "Un p'tit beurre, des touillous".

J'ai mis tout de même des popcorns, comme au cinéma. Bigre...

Voir aussi sur La Porte dans la Pendule




Note du 22/11/2011 : présentation actuelle de la version longue en qualité HD. Pour ce faire, choisissez l'option 720 p dans la barre du lecteur. En mode "plein écran", si votre débit ADSL est suffisamment élevé, vous obtiendrez la qualité vidéo d'origine.

Bonus : 5 décembre 2011



Diplômé des Gobelins avec son film "Jurannesic", Louis Clichy intègre Cube rapidement où il écrit, réalise et anime seul "A quoi ça sert l'amour" sur une musique d'Edith Piaf. Le succès fulgurant du film lui ouvre les portes de la réalisation et sucite l'intérêt de Pixar. Il rejoint le studio américain comme animateur pendant 2 ans avant de revenir en France et reprendre son activité de réalisateur chez Cube. Il prépare aujourd'hui son premier long-métrage, l'adaptation avec Alexandre Astier d'Astérix en animation 3D.

mercredi 16 novembre 2011

Incidences de Philippe Djian


 « Rien de plus vivant qu’un désespéré qui se maintient à flot. »
- Meszigues -


 Il faut éviter de lire les critiques d’un livre qui vous choisit avant son achat. Une fois lu, libre à vous ensuite de choisir celles qui vont dans votre sens et d’envoyer chier les autres.

Ma critique :

Cela faisait un bail que je n’avais plus ouvert un bouquin de Djian. Je pensais que le type avait fini par se momifier dans les années 80, avait définitivement sombré dans la dépression, ou que le taxidermiste manquait de sujets désespérés pour parfaire la collection de son musée des abimés de la vie. Non, non non, le Philippe n’est pas mort, car il bande encore son arc pour tirer à vue et décocher quelques flèches empennées de plumes noires qui font mouche. Aux détours d’un récit au style épuré qui se tortille au point de déboussoler parfois un GPS, ce roi de l’embrouille balance quelques vérités sur une société formatée pour l’ennui. En chemin, le joueur de bonneteau nous donne, mine de rien, une leçon de rythme en écriture. Quelques riffs vous collent parfois le vertige au bord d’un gouffre refuge où une araignée amnésique balance, sans même les boulotter, les corps de victimes ayant funestement appuyé par mégarde là où Marc a toujours mal. L’exploit consiste à nous rendre malgré tout l’animal furieusement attachant. Encore une pirouette allant à l’encontre de la surexposition de monstres autopsiés par les média. Flatter le goût morbide du consommateur sans jamais lui laisser entrevoir une vague proximité avec ces détraqués qu’on fustige à l’envie. Pour notre grand bonheur, comme son personnage principal, Djian a probablement abandonné toute velléité de chasser sur les terres Goncourt d’un Houellebecq, où est la plume. Du coup, son bouquin est lisible, et par moments, parfaitement jubilatoire, plus subversif que provocateur. Entre phosphènes migraineux et flashbacks au flou allusif, il ébauche à touches distantes le passé complexe du personnage. Foin des détails qui auraient alourdi le tempo acéré d’un récit vif (avec quelques pauses heureuses poussant à la contemplation), ou sombré dans le racoleur. Grand merci. En secouant les lettres du titre, incidences deviennent incendies. Les pare-feux méthodiques mis en place par son personnage à l’épiderme à vif finissent par céder. Ses modes de défense archaïques lui faisaient surestimer leurs capacités ignifuges. 


Les critiques que je n’ai pas envoyées aux toilettes après lecture du livre :

Le dernier Philippe Djian s’intitule Incidences et c’est peut-être bien son meilleur livre. Concrètement, un roman qui ne fait que 233 pages, mais qui contient tellement de substances chimiques en suspension, des non dits en pagaille et des traumatismes à peine effleurés en rafales, qu’il en raconte plus que des pavés deux fois plus épais. Elle est proprement ébouriffante la façon dont Djian prend son héros à la gorge et ne le lâche plus. Un type plus tout jeune, professeur de littérature, écrivain raté, qui fait régulièrement son marché parmi ses jeunes étudiantes énamourées et entretient une relation au-delà du fusionnel avec sa sœur. C’est sa descente aux enfers que raconte l’auteur au travers de scènes tour à tour angoissantes, euphoriques ou drolatiques. Le tout avec un sens du politiquement incorrect très aiguisé mais assez subtil pour tenir la route (des pages entières pour glorifier la cigarette, stigmatiser la médiocrité ambiante dans la littérature française, se révolter contre le néo-conservatisme dans l’air du temps). Un Djian en colère contre l’époque qui trouve son seul refuge dans des promenades en forêt, on croit rêver. Quant au style, eh bien, il est plus ciselé que d’habitude. Au rasoir, même, y compris dans des scènes anodines à la tension sous-jacente. Le récit est fait d’embardées, de malaises vagaux, qui donnent un ton quasi mortifère au roman. C’est comme si Philip Roth écrivait des épisodes de Plus belle la vie. Plus laide la vie, oui, avec un quotidien qui se dérègle sans compter un passé moche comme tout, qu’on a glissé sous le tapis pour ne plus le voir, mais qui finit par revenir sous forme de nausée. C’est noir, c’est caustique, c’est brillant, c’est le dernier Philippe Djian. Qui vous laisse K.O pour le compte.

Livre vivement conseillé par traversay

Une écriture au scalpel pour mieux flouter des zones d’ombre, faire soudainement exploser l’érotisme ou la violence du passé, révéler, par touches, par approches, un personnage qui toujours nous échappe – « comme si le fond était sans fin » –, dont nous voulons lire le secret.
Philippe Djian a un talent unique pour happer ses lecteurs dans une narration qui repose sur un presque rien. Un presque dont il s’empare et auquel il donne des allures de road trip. Dont il joue avec une maîtrise folle, hallucinante, jusqu’à donner les règles, dans le récit lui-même, qui gouvernent son écriture. Marc commente un texte que lui avait rendu Barbara : « Vous avez lu ce qu’elle a écrit ? reprit-il. C’est la maîtrise qui est surprenante. Le bon dosage de la lenteur et de la rapidité. Du net et du flou. C’est très bluffant, vous savez. (…) N’importe quel crétin est capable de raconter une histoire. La seule affaire est une affaire de rythme, de couleur, de sonorité ».

Mediapart

Lien à l’intention de ceux qui veulent tout de même décrocher le Graal : En route vers le Goncourt


lundi 14 novembre 2011

Shopping d'images


Le précédent billet indiquait que j'avais mis récemment le nez dans les statistiques de consultations de pages du blog pour régler un dysfonctionnement passager. Une conclusion hâtive pourrait amener à penser que c'est le thème des billets du blog qui attire avant tout les visiteurs. En fait, en consultant l'album Picasa renfermant son iconographie, les statistiques d'affichage des images laissent plutôt supposer que ceux-ci sont venus s'échouer sur le blog à la suite d'une recherche par mots clefs d'images Google. L'hypothèse semble corroborée par l'examen des sources du trafic en direction des pages. Je propose ici un florilège des d'images préférées des internautes sur " Le blog-notes de la Mansarde ". L'image qui illustre ce billet en mode Magazine a été affichée près de 50 000 fois. Elle appartient au billet "Le Ricain". Celui concernant Gustav Klimt étant, très loin avant tous les autres, le plus consulté, je ne propose ici que la gagnante du lot. Elle talonne la précitée. Pour obtenir plus de détails sur l'arrivée des courses : cliquez ce lien en direction de l'album Picasa dédié au blog.


Seules, 2 ou 3 des images présentées m'ont demandé un vague effort: emploi d'un scanner, travail de photocomposition ou de coloriage sommaire. La modestie s'impose donc en la matière, et l'argument de la qualité espérée de la prose de l'auteur capable de drainer les visiteurs en ces lieux perd de son crédit...

Quand je vous le disais... et j'ai masqué par soucis de confidentialité les URL sources bourrées de images.,etc.

***

What a fucking solo, dear David !

jeudi 10 novembre 2011

Compatibilité des affichages dynamiques Blogger avec Google Analytics résolue


Depuis quelques semaines, vous avez dû constater quelques atermoiements de ma part concernant un choix affirmé de présentation pour « Le blog-notes de la Mansarde ». Les affichages dynamiques récemment proposés par Blogger, particulièrement attractifs, me posaient questions. Primo: la création de pages virtuelles affichables dans la nouvelle barre de navigation censées envoyer les visiteurs sur une autre URL que celle du blog était inefficace. Un peu frustrant pour adresser vers des pages personnalisées consultables en ouverture. Secundo: Google Analytics ne répondait plus aux visites. Allo, ici la Terre, vaisseau spatial m’entendez vous ? Pour les gadgets et autres fioritures discutables, j'en avais fait mon deuil...

Les concepteurs ont mis les mains dans le cambouis. De nouvelles options de personnalisation se sont ouvertes pour les affichages dynamiques palliant ainsi les problèmes évoqués. Ce mode de présentation dope particulièrement les statistiques de consultations de pages perdues dans les strates des blogs avec les modèles classiques. Pour ce qui me concerne, les chiffres se sont vus multipliés pratiquement par dix, avec des pointes de plus de 1000 pages vues certains jours.

La méthode pour rendre à nouveau Google Analytics opérant :

Dans la page « Paramètres » de la nouvelle interface Blogger,  section « Autre », apparaît désormais une fenêtre où l’on peut entrer son « Analytics web property ID », que l’on pourrait traduire par « Identifiant Internet pour Analytics ». Celui-ci figure en regard de votre blog sur la page d’ouverture du site de Google Analytics, après vous être connecté, bien sûr. L’ancienne méthode d’insertion d’une section JavaScript dans la page maître du modèle du blog est devenue caduque, et qui plus est, impossible avec les modèles d'affichages dynamiques, comme l’avaient remarqué les internautes sur les forums d’aide de Blogger.

Faut pas titiller un obsessionnel…

Remontée nocturne suite à la manœuvre (statistiques à la mi-journée) !


Note: la version 8 de Mozilla Firefox explose la vitesse d'ouverture des pages en désactivant les modules complémentaires parasites des anciennes versions.
Seul, Chrome est parfaitement compatible avec les affichages dynamiques Blogger. Une page propose de consulter le blog avec le dernier modèle classique appliqué dans Internet Explorer 9, et l'effet "Flip Card" est gommé dans Firefox. Ceci provient des modes de gestion différents des pages HTML5 de ces nouveaux navigateurs: voir billet antérieur.
Bon, maintenant, il va s'agir de se calmer un peu les gars de Google & Co. On n'a pas le temps de se retourner que vos portails, vos éditeurs, vos modes de présentations, vos nouvelles fonctionnalités, bougent en temps réel. Analytics, Blogger, Chrome, Picasa, Google Maps, Google Earth en version navigateur, et je suis passé probablement à coté des évolutions d'autres produits, ne laissent plus une seconde nos neurones en repos. Psychorigides, s'abstenir, plus dangers de bugs multipliés. Ce qui fait le génie d'une espèce, c'est sa capacité d'adaptation, mais tout de même...

mercredi 9 novembre 2011

Génération informatique

 Clic pour agrandir

En faisant du tri dans mes archives de correspondance papier - je suis de la vieille école - j'ai retrouvé ce courrier improbable dans son mode de rédaction et le florilège orthographique saisissant qu'il propose. Le rédacteur de l'époque (mai 2009) n'était autre que mon dernier rejeton alors en CE2. Il était sur le pied de guerre avant un départ pour Rome avec sa mère. Je retiendrai avant tout de sa prose, que l'intention était louable, les sentiments respectables, et qu'une seconde lecture me fait encore me bidonner. La mère peut-être moins, bien qu'elle possède un humour robuste...

Ajout du 23/12/2011 :



lundi 7 novembre 2011

Adele 21 c’est de la bombe H.


Tu me prêtes le C.D que tu passes en musique de fond ? Il a l’air pas mal du tout. Une écoute plus attentive en décubitus dorsal sur la paillasse de la Mansarde, le casque sur les oreilles, je fais une pause après le cinquième titre de l’album «Adele 21». Incrédule, je me dis que, niveau qualité, cela ne peut pas tenir jusqu’à la fin. Et bien, si… la chanteuse londonienne Adele Laurie Blue Adkins tiendra fermement les commandes de son Alpha Jet jusqu’à la dernière piste, maitrisant de bout en bout les tonneaux à facettes, les remontées dos, les Immelmanns et les vrilles. Il y a un peu de Janis Joplin, d’Amy Whinehouse, dans cette bonne femme. Tout en maitrise, virtuose de la rythmique et pointue dans les passages périlleux de sa voltige aérienne, elle balance même quelques passages qui partent clairement des tripes. Il est même à se demander si l’on ne doit pas ouvrir une seconde session de la Controverse de Valladolid, avec pour question principale: «Peut-on considérer que cette femme pourrait chanter la soul avec une voix qui viendrait de l’âme ?». Corolaire à la question princeps: «Les femmes auraient-elles donc bien une âme, contrairement à l’interrogation laissée en suspens par Pierre Desproges ?».

" Y'a l'feu chez Adèle / Sa chemise en dentelle / Sa culotte, ses jarr'telles / Sont roussis / Son canari, son p'tit loulou chéri / Et son chat gris sont à demi rôtis."

"Pour moi, il y a longtemps qu'c'est fini.
Je comprends plus grand'chose, aujourd'hui
Mais j'entends quand même des choses que j'aime
Et ça distrait ma vie... "