vendredi 27 mai 2011

L'amour: mode d'emploi


@ Only Photos

Comment savoir si l'on aime vraiment ?

L'interrogation est légitime et la réponse toute simple: se poser la question c’est déjà y répondre. Vous ne vivez pas avec la perle rare qui éclipse par son éclat les pâles imitations. La nécessité de rompre une solitude pesante ou l’urgence d’exprimer vos besoins affectifs vous ont incité à vous persuader que vous aimiez vraiment. L'homme amoureux, qui plus est, atteint de passion amoureuse, est trop perturbé pour l’avoir en tête. Dans l’alternative «Qui plus est», on imagine de surcroît qu’un homme bataillant en pleine tempête fait tout pour s’accrocher au gouvernail et sauver sa peau. Ce genre de question, il s’en bat l’œil.

Comment devenir alors simplement un bon joaillier qui élimine d’un regard la contrefaçon? Nouvelle question en guise de réponse: «Vivez-vous ce qu'on lit dans les romans romanesques, ce qu’on voit dans les romans photos, ce qui fait pleurer Margot dans les salles obscures ou devant les petits lucarnes des chaumières blotties dans la brume? ». Dans les livres ou les films, les héros irradient la certitude... banane ! Vous changez alors rapidement de question: «Comment trouver ce que l'on n’a pas encore connu?». Fichtre, les choses se compliquent. Le raisonnement s'obscurcit. On cherche les yeux bandés dans le noir. Qui pourrait bien vous faciliter la tâche?

En fait, pourquoi voudriez-vous qu'on vous aide alors que la concurrence est rude, la quête bigrement répandue et l’âme sœur si difficile à débusquer? Celui qui l’a trouvée n’est pas préteur. Quand bien même, mettriez-vous une somme insensée, disons exorbitante, sur la table (ça fait quand même réfléchir!) et poseriez sous l'emprise d'une naïveté admirablement feinte, la question à quelqu'un qui vous paraît avoir réussi sa longue quête du Graal, qu’il consente à vous éclairer, à peine auriez-vous entendu le début de ses explications vaseuses, de ses trucs fumeux, que vous reprendriez subrepticement les piles de billets pour les remettre dans votre sac à dos. Il n'en sait pas grand chose, le bougre, du cheminement qui l'a amené à l'état d’hébétude profonde dans lequel il erre hagard depuis son heureuse découverte.

Raisonnons alors par l'absurde. Son état d'hébétude profonde ne vous inquiète pas outre mesure, vous vous obstinez à découvrir comment éviter bêtement de croquer de l'ersatz sans le savoir. Deux méthodes:

- si vous êtes patients, faites confiance au temps. Dans l'immense majorité des cas il fera son office. Vous aurez enfin un jour la certitude que votre partenaire d'élection ne vous avait pas été désignée par le doigt de la providence mais par une autosuggestion cauteleuse ou une poussée hormonale mal contrôlée. Fin de l'effet placebo. Vous étiez bien dans le cas habituel d'une relation amoureuse alimentaire. Rien à voir avec le grand festin.

- si vous êtes un pragmatique actif, voire un turbulent inquiet (grand fou, va !), une partenaire de rencontre peut se charger d'une mise au point express. L'élue de votre cœur, la soi-disant perle rare, l'être irremplaçable, ne résiste pas à la comparaison... Quel choc! Mais alors, ce qu’une partenaire de rencontre a été capable de vous révéler, une autre pourrait le faire tout autant et détrôner la nouvelle référence affective que vous aviez débusquée.

La seconde méthode a d’autres travers: on peut trouver plus nul que ce que l'on a. Bien que plus nul que nul c’est difficile. En fait, une telle découverte n'a rien d'inquiétant. Méfiez-vous cependant de l'effet rebond qui peut vous amener à vous persuader que vous êtes un heureux homme d'avoir moins nul que nul.

Vous n’en avez-pas mare des questions qui se déplacent sans arrêt ? Posez-vous enfin la bonne, la plus utile et la plus longue: «Êtes-vous prêt en fait pour la grande aventure amoureuse, celle qui chamboule complètement? Abandonner femme et enfants, votre décodeur canal+, un réfrigérateur bien garni, vos projets récents de vacances au charmant hôtel de Plougastel-Daoulas, ne vous tarabuste-t-il pas un chouïa? Êtes-vous sûr de ne pas regretter l'alcôve douillette, où, le soir, fourbu, vous pouviez vous endormir confiant dans les bras de votre charmante épouse parée de son aguichante chemise de nuit vert pistache, rompu par une frénétique chevauchée d’une minute douze (il fallait bien trouver un chiffre)? Plus grave encore, avez vous pensé aux 78 mensualités qu'il vous reste à verser pour le remboursement de votre superbe Lada décapotable, qui, à chaque sortie, déclenche un ras de marée d'envie chez vos collègues de bureau concupiscents? ».

Face à la femme de votre vie, il va falloir se forcer à ne plus vous endormir devant la télévision. Il faudra changer régulièrement de chaussettes et éviter de consommer du cassoulet toulousain, plat délicieux certes, mais qui vous réussit très mal en compagnie. Ne vous trouverez-vous pas en présence d'une partenaire au tempérament torride, qui va vous demander comme certaines nymphomanes décrites dans les ouvrages spécialisés de l'honorer plus de deux fois la semaine?

Mais non, stop, j'écris cela pour vous faire peur. Si telles sont vos craintes, surtout, ne changez rien. L'ennui ne vous ayant pas tué jusqu'ici, vous n'avez rien à craindre pour toutes les décennies à venir. Cependant, bien vieux, un soir peut-être, seul au coin du feu, une bouffée aiguë d'angoisse vous étreindra, spasmant une dernière fois ce qu'il vous reste de coronaires compliantes. L’amour c'était peut-être ce qu’on lit dans les romans romanesques, ce qui fait pleurer devant les films cinémascopes? C'était peut-être, c'était sans doute, ce que vous aviez entraperçu, ressenti furtivement, par ce si joli matin d'antan à la terrasse d'un café. Vous souvenez-vous de cette créature assise seule à un table qui vous avait dévisagé effrontément, puis vous avait souri avant de vous tourner le dos. Vous l’avez regardée partir, vite emportée par le vent chaud de mai ? Râté…

A Mademoiselle M.

Pierre TOSI – 1990 -

Note: ce truc trainait au fond d'un tiroir, mité par quelques fautes d'orthographe et coquilles que je viens de repriser en deuxième lecture. Quelques unes peuvent subsister et seraient alors liées à mes lacunes dans le domaine.

samedi 21 mai 2011

Seul au monde


Cela fait des jours que l’on n’a donné signe de vie à quiconque, et aujourd’hui, parce que personne ne nous donne de ses nouvelles, on décrète qu’on est seul au monde. On peut mourir comme un chien, l’univers s’en souciera comme d’une guigne. Le mot guigne est à comprendre dans le sens de cerise. L’expression a ses limites, j’adore les cerises.

La pensée est partisane qui chemine ainsi et nous rend indulgent vis-à-vis de nos défaillances dans le commerce à autrui et sans merci concernant leurs silences passagers. D’aucuns, pour se prémunir de ce constat, maintiennent coute que coute en ordre de marche un réseau de communication dru. Ils cumulent les impératifs quotidiens fixés par décret qui les poussent à voir du monde. Courte liste me venant à l’esprit mais pouvant s’allonger à loisir : les coups de fil tout aussi ponctuels que rituels aux proches, le respect scrupuleux des engagements corporatifs multiples auxquels ils ses sont abonnés à vie, les invitations programmées circulaires entre couples amis, les principes de vie respectant scrupuleusement l’étiquette de la conversation de bon voisinage, ou encore, plus banal, l’inflation voulue d’une activité professionnelle en équipe. Le système de défense contre les états d’âmes suspects leur paraît ainsi blindé. L’homme étant un être profondément social, comme disait Toumichtouf, il n’est pas sans intérêt de le gaver de ces séances d’exercices imposés de renforcement. La vie contemplative, voire d’ermite troglodyte, ne saurait faire courir à "Homo sociabilis" qu’un risque de marginalisation progressive. On pourrait ajouter, celui de déchéances morale, financière, musculaire, et allons-y tant qu’on y est, sexuelle et sphinctérienne.

Cependant, y réfléchissant un peu à l’écart et prenant du coup le statut de rebelle, la discipline de fer que s’imposent les forcenés du premier cas de figure ne les rend pas mieux lotis que les seconds dans leur grotte. Du point de vue psychique, pas vraiment plus blanc-bleu. Cette boulimie sociale est la plupart du temps un tourbillon cherchant l’étourdissement et son entretien. L’activiste maniaque abhorre la plage horaire libre propice à l’immiscion de la pernicieuse angoisse. Celle-ci, guettant le moindre relâchement coupable, attend tapie dans l’ombre, prête à bondir. Je sais ça fout les j'tons. Sous contrôle de Sigmund & Co, les techniques employées et déployées par ce type d’individus se rapprochent de méthodes contre-phobiques. On peut imaginer que certains activistes jusqu’au-boutistes gardent en eux le souvenir traumatisant d’un épisode de vie. Bloqués un jour un temps trop long en zone de transit, survenue subite et inquiétante d’une bouffée de remise en question traîtresse? Un flash mental épileptogène d’interrogations existentielles perturbantes dont ils étaient jusqu’ici protégés? Leur conditionnement mental aurait des failles? Auquel cas, l’oisiveté est bel et bien la mère de tous les vices. En effet, qu’y a-t-il de pire que de réfléchir seul, même un peu, au sens de sa vie ?

In medio stat virtus, bien entendu, dans ce domaine comme dans d’autres, empressons-nous de conclure plein d’imagination. Le poncif est souvent de mise quand la clochette intimant la synthèse tintinnabule à notre oreille. Homo sociabilis ne serait-il pas avant tout un funambule qui doit apprendre sa vie durant à avancer sur une corde raide, quitte, par moment, à se retrouver la figure par terre, pas mécontent pour le coup de se retrouver seul au monde pour regrimper ni vu ni connu sur sa corde ?

Note: voili, voilou, version revue et corrigée pour les neurones grisonnants ou pas des lecteurs. Lire les commentaires.

mercredi 11 mai 2011

GOOGLE DOODLE


Les compliments ne devant pas être monnaie courante dans l'univers impitoyable des entreprises du marché d'Internet, j'adresse le mien à Google pour la montée en qualité de ses "Doodles" ou logos des derniers mois. Celui du jour est une animation particulièrement réussie pour l'anniversaire de naissance de la danseuse Martha Graham. Il a été réalisé par Ryan Woodward.

Note: l'outil de création de nouveaux modèles Blogger a évolué considérablement. On peut pratiquement jouer sur tous les paramètres de présentation, tout en observant en temps réel l'effet des modifications avant application. Désormais un jeu d'enfant. Du coup, j'ai paramétré un espace texte plus confortable.

Note 2: le compliment n'a pas plu. Gros crash de Blogger ce vendredi 13 ! Les blogs n'étaient plus qu'en lecture. Commentaires et autres interventions des visiteurs étaient impossibles. Le dernier billet, donc celui-ci, passé à la trappe. Il est revenu sans les commentaires. Les ingénieurs ont dû en ch...


lundi 9 mai 2011

La Chartreuse de Bosserville et ses environs




A sept kilomètres en amont de Nancy, sur la rive droite de la Meurthe, se profile une construction des XVII et XVIIIe siècles: la Chartreuse de Bosserville. Elle fut fondée par le duc Charles IV de Lorraine par acte de donation de la terre de Bosservile en 1666. La première messe y fut célébrée le 7 décembre 1669. Il fallut ensuite de nombreuses années pour achever la construction telle que nous la connaissons aujourd'hui et qui ne prit sa tournure définitive qu'au XIX, au retour des Chartreux dispersés par la révolution. En dehors de sa façade monumentale caractéristique du grand siècle et œuvre de Jean Betto, l'ensemble de la chartreuse est le modèle parfait des bâtisses de cette congrégation car son plan se déploie sur un terrain sans accident et permet la répartition des 24 cellules autour d'un cloître carré. L’une des cellules de moine chartreux, conservée en état d'origine, est accessible à la visite. La cellule du père chartreux est une maison assez vaste, close en ermitage autour d'un jardin. La chapelle qui est au cœur de la vie monastique est un bel édifice de 42 mètres de long, surmonté d'un campanile dont la flèche culmine à 46 mètres et jouxté d'un clocher qui domine le verger d'un hectare. L'ensemble de l'édifice permet de bien comprendre la vie particulière des chartreux qui se partage entre communauté et érémitisme. Les derniers chartreux sont partis en 1901 vers d'autres pays. Depuis, les bâtiments ont servi à d'autres usages et, depuis 1962, à l’ensemble scolaire Saint-Michel. Le lien qui précède indique la source du début de ce billet.

A quelque distance, une plaque commémorative apposée au mur de la petite église du village de Bosserville (commune d’Art-sur-Meurthe) signale: Tout près d’ici, dans les étangs des morts du bois Robi, reposent depuis 1813-1814 les corps de nombreux soldats Français, Belges, Rhénans, Hollandais, Italiens et Russes morts à Bosserville. Qu’ils reposent en paix.

Rentré en France après la bataille de Leipzig en Octobre 1813 qui se solde par la perte de l'Allemagne, Napoléon réussit à monter une armée de jeune conscrits (les Marie-Louise) et à mener une « Guerre de libération », car la France est envahie. De janvier à mars 1814 se déroule la Campagne de France. Napoléon réussit par des manœuvres de rocades à battre séparément les alliés à Champaubert, Montmirail, Vauchamps (10-15 février) et à Montereau (17-18 février).

J’ai eu l’occasion à la fin des années soixante (1960, précisons bien après cette introduction historique!) de passer un week-end au sein de cette chartreuse. A l’époque, la totalité du bâtiment n’avait pas encore été reconvertie en établissement d’enseignement professionnel. On y organisait encore des rassemblements thématiques sur des sujets variés souvent éloignés du domaine religieux. Bien qu’hébergés la nuit dans les anciennes cellules monastiques des Chartreux, les participants n’étaient plus amenés à respecter les vœux de cet ordre des plus austères : clôture perpétuelle, silence presque absolu, fréquents jeûnes et abstinence complète de viande, visite de la famille uniquement deux jours par an. Le port d’une robe de drap blanc, serrée avec une ceinture de cuir, et un scapulaire avec capuce du même drap, appelé "cuculle", n’était pas requis. Le cilice maintenu à la taille par une corde appelée «lombar»? Peut-être que quelques masochistes en devenir s’y étaient alors initiés à mon insu…

Consultez un petit diaporama sur Picasa Albums Web proposant quelques photos d’une courte balade bucolique que j’ai effectuée dans les environs de la Chartreuse, ce printemps. Il abandonne très rapidement le coté historique du billet pour prendre des chemins de traverses un tantinet poétiques, fleur bleue et autres couleurs: « Nobody’s perfect… »

Pour s’aventurer plus à l’intérieur du bâtiment, cliquez-ici.

Highslide JS

vendredi 6 mai 2011

OSS 118 ne répondait plus



Chef : mission Rio est un échec cuisant... STOP… Contact avec agent au plongeoir du grand-bain de la piscine de la ville impossible... STOP… Pays hostile aux panneaux indicateurs même pas en Français… STOP… Photo prise avec briquet polaroïd espion montre absence plongeoir pour rendez-vous… STOP... Rentre au pays bredouille… STOP… Cache nazi introuvable… STOP… Souvenir amicalement vôtre de Rio… STOP… OSS 118…

Voir un panorama des chutes d'Iguaçu mettant en exergue leur gigantisme.

Note : remerciements renouvelés au «Comandante de vôo» Esteban et à son épouse et hôtesse Laura de Janvier. Au premier des deux: je ne manquerai pas lors de son prochain séjour en France de lui retourner son cadeau en lui offrant un billet aller-retour Nancy-Metz en Métrolor d’un prix équivalent au billet d’avion dont il m’a fait bénéficier avec une «légère ristourne». A la seconde: je promets de continuer à travailler ma salsa pourtant déjà bien au point, vus les sifflets d’approbation (?) sur la piste. Ayant bêtement laissé mon briquet à une demoiselle court-vêtue à l’aéroport, j’ai dû me rabattre sur une photo d’Internet pour illustrer le billet.