jeudi 3 mars 2011

Le Mastermind de la Mansarde







Ce billet propose une déclinaison du célèbre "Mastermind". Cette mouture, en partie personnelle, s'appuie sur un code source en Flash 5 que j'avais récupéré sur Internet voilà bien des années. La version du langage concorde avec la remarque qui précède. Cette application vétuste conserve toutefois le mérite de bénéficier d'un poids plume d'à peine 15 ko et s'avère fort simple d'utilisation.

Si vous êtes en vacances et que le temps n'est pas folichon, pourquoi ne pas tester le fruit de mon dur labeur en attendant le retour du soleil ?

Note: dans la série des jeux "oldies but goodies", j'ai retrouvé au fond d'un tiroir un Rubik's Cube que je n'avais plus manipulé depuis les années 80. Sans retrouver les performances d'antan, du fait de mes pauvres mains percluses de rhumatismes malgré le port de mitaines, ce site, ma foi bien fait, m'a aidé à retrouver les combinaisons gagnantes oubliées. Lien pertinent surtout si Java est à jour sur votre machine.

Note 2: rien que pour moi, Firefox propose désormais sa version 3.6.15 pour corriger des problèmes d'affichage d'Applets Java que j'avais constaté sur le site mentionné plus haut! Picasa Albums Web s'en voyait aussi perturbé pour la fonction d'affichage en taille réelle des photos faisant probablement appel à la méthode. Mais, la grande bataille des navigateurs va faire rage durant ce mois de Mars. A savoir, les prochaines sorties de Chrome 10, Internet Explorer 9 et Firefox 4. Pour avoir testé les récentes versions béta des deux derniers, tous les trois seront désormais redoutables pour les vitesses d'affichage des pages et la gestion potentielle des cartes vidéo accélératrices de vos machines. Le jeu vidéo en ligne, en particulier, pourra en bénéficier. Firefox avait pris du retard ces derniers temps mais pourrait bien le combler. Chrome, en peu de temps, est devenu un navigateur qui n'a plus rien à envier aux autres et les dépasse dans quelques domaines. Le non-paramétrage par défaut du recueil des données de navigation reste, comme d'habitude, le point irritant de Google.


7 commentaires:

  1. j'ai réussi en 7 coups, avec l'aide du " décrocheur de lune " ...
    bien amusant, même avec ce beau soleil !
    Noëlle
    ps : sans faute dans le commentaire, cette fois.

    RépondreSupprimer
  2. Il fait beau et chaud, mais c'est quand même rigolo! :-)

    RépondreSupprimer
  3. Noëlle> 7, le chiffre mythique. Merci de ta visite. Salue le "décrocheur de lune sans montrer la sienne" de ma part. Tu précises qu'il a contribué à la performance.

    Marie> Un grand bonjour à l'exilée sous des latitudes propices aux rimes en "o". Tout baigne là-bas ? C'est en-bas pour moi sur la carte.

    Aux deux commentatrices qui sont (comment en douter ?)fans de probabilités>
    On peut réussir en un coup:
    le nombre combinaisons (pas celles qui sont dans vos armoires) est de C= 6^4= 6*6*6*6*6*6 = 1296.
    Le nombre de permutations des billes est de P= 4!= 1*2*3*4= 24
    Soit un produit d'arrangements possibles A=C*P= 31 104.
    Donc, une chance sur 31 104 (un peu moins quand on a plusieurs fois la même couleur). Bien plus facile que de toucher le loto...

    RépondreSupprimer
  4. ouais, je crois que je vais me mettre au loto, alors...
    Noëlle

    RépondreSupprimer
  5. Noëlle> pour le loto, c'est une chance pour 76 275 360 pour un bulletin simple. C'est à toi de voir...
    Tu me diras, on ne gagne rien au Mastermind.En y réfléchissant,si: la somme qu'on n'a pas jouée.

    RépondreSupprimer
  6. Pierre, dans les multiples facettes de ta personnalité et de tes capacités, n'y aurait-il pas aussi jongleur en logiciels ?
    Rien qu'à lire ta note 2, j'ai la tête qui tourne. Vais-je m'affaler ?
    Amicalement
    Denis

    RépondreSupprimer
  7. De Ni> La facette que tu mets en exergue n’est pas la plus glorieuse. Elle révèle un trait paranoïaque de ma personnalité. J’enviais récemment la candeur d’un ami peu soucieux de la protection de sa vie privée dans le domaine informatique. Je lui montrais, avec quelques rudiments d’exploration portés à ma connaissance, le traçage aisé à tous les étages de l’activité d’un utilisateur. Nos machines, les sites internet que nous consultons, nos navigateurs, récupèrent à notre insu de nombreux éléments de notre vie privée au point de pouvoir constituer un portrait robot de l’utilisateur: son sexe, son âge, sa profession, ses préférences sexuelles, son train de vie, les pathologies éventuelles dont il est porteur (par le bais de recherches ciblées sur certains sites médicaux consultés), ses hobbies, et bien entendu, essentiel, ce qu’on peut lui proposer d’acheter. Le navigateur, avec les logiciels espions, est un maillon clef de cette chaîne de l’extraction du renseignement. Il y a encore quelques années, c’était l’élément d’intrusion principal et parfois le plus dévastateur de nos systèmes d’exploitation quand un hacker bourrin enfreignait la règle numéro un de son art, se faire discret pour continuer impunément son espionnage à but mercantile principal. Quoi qu’il en soit, les informaticiens professionnels ont toujours un métro de retard sur les failles : histoire de pérenniser peut-être leur statut ?

    RépondreSupprimer

Commentaire de :