jeudi 11 novembre 2010

Peanuts on the beach








La Mansarde a soif de voyages. Dehors, le vent souffle en rafale, les averses se succèdent, plus cinglantes les unes que les autres. Ouvrir la fenêtre de la Mansarde reviendrait tout bonnement à se geler les "peanuts" en moins de deux. Une bonne raison pour m'être replongé sans remord dans une petite programmation en Flash. Elle servira de succédané à une évasion vers les plages ensoleillées du Pacifique.

Cliquez sur la coche verte pour venir me rejoindre sur le "dancefloor" improvisé sous les cocotiers .

Note: ce petit clip m'a été inspiré par une pub web proposée par "easyJet". Je me suis permis d'emprunter le personnage des concepteurs de celle-ci, tout en y apportant ma touche personnelle... L'apparition des personnages est aléatoire. En écoutant le morceau en entier, vous avez plus de chance de les voir tous.

10 commentaires:

  1. Héhéhé ! Moi qui voulais savoir où tu en étais avec le ''travestissement de tes peanuts'' : voilà la réponse en chanson !D

    Quelle grande fierté d’apposer le premier commentaire au bas de ce chef-d’œuvre !

    Félicitations, mon petit papour ! Je te reconnais tout à fait dans cette réalisation (... enfin, je voulais dire que je reconnais bien ton style... pas que tu as une tête de cacahouète, hein ?)

    RépondreSupprimer
  2. Mlle Myosotis> voilà qui me va droit au cœur de la part d'une infographiste de talent. Le pourpre de la vanité envahit ma face, mais il me faut indiquer, comme l'auteur d'un blog présent en bordure dans mes liens, qu'il n'y a vraiment que le famille pour vous soutenir dans de pareilles aventures borderline jusqu'ici. Il faudra que je t'envoie une cacahouète pour que tu m'en fasses quelques clones personnels pour compléter la collection.

    RépondreSupprimer
  3. Belle musique aux consonnances gainsbouriennes sur paysage bora-boresque. Si les peanuts avaient été un rien plus sexy mon bonheur eut été complet.
    Félicitations
    Denis

    RépondreSupprimer
  4. Denis> gainsbouriennes et henrisalvadoresques pour le même prix. La pin-up est sexy, mais la peanut un peu trop grasse à mon goût (demande à Rachid) pour l'être vraiment. On peut d'ailleurs glisser le fait, pour faire le cake dans un soirée, qu'elle peut donner en plus mal à la tête du fait qu'elle contient de l'acide arachidonique, un précurseur des prostaglandines. Le risque, c'est, qu'en général, l'interlocutrice te regarde alors avec des yeux de merlan frit, ce qui, du point de vue diététique, n'arrange pas l'affaire...

    RépondreSupprimer
  5. Je ne t'ai pas bien reconnu dans le clip, ou tu as bien changé. Peut-être dans un cocotier, mais alors tu es nu?
    Le "A propos du rédacteur" m'a bien fait rire. Tu aurais dû y faire figurer la date d'achat de ton solex (en 1111, année érotomaniaque, d'après ton échelle chronologique)qui constitue tout de même l'étape fondatrice de tout goût pour la quête aventureuse échevelée.

    RépondreSupprimer
  6. Je rappelle au cacochyme webmaster qu'il peut étancher sa soif de voyages en usant de son invitation permanente à venir réchauffer ses rhumatismes au soleil du Maroc...

    RépondreSupprimer
  7. Macheprot> Eh... oh! je ne me souviens pas que nous ayons pris un jour une douche ensemble, pour que tu pus confondre les noix de coco avec quelques parties anatomiques de mon corps sculptural, vieux priapique ! Pour l'année d'achat du solex, celle de sa vente étant par trop douloureuse, j'ai biffé le tout de cette biographie que je concevais sans erreur de parcours.

    PJB> merci de penser au rédacteur de ce blog perclus de rhumatismes heureusement soulagés par un dimanche ensoleillé accompagné de températures frôlant les 20°C. Ce temps clément ne pouvant aucunement perdurer, sauf perturbations climatiques donnant lieu à un film catastrophe américain, je compte bien m'acheter le smoking blanc de rigueur pour me rendre dans un équivalent du "Rick's Café Américain" de Casablanca à Rabat, tant que l'invitation ne dépassera pas la date de péremption.

    RépondreSupprimer
  8. Tu évoques tes pectoraux, bien entendu...
    Toutes mes excuses d'évoquer maladroitement un souvenir malheureux: je parle ici de la vente de ton fier destrier.

    RépondreSupprimer
  9. la génitrice de " l'auteur du blog présent en bordure dans tes liens " te soutient aussi, à fond, pour cette réalisation.D'autant plus qu'il y a une certaine analogie que les fans du dit-blog auront, sans doute, remarquée aussi !
    et pour le manque de soleil, courage, plus que 6 mois à attendre. enfin, dans nos contrées ...
    Noëlle

    RépondreSupprimer
  10. Noëlle> merci tout plein. De tels commentaires sont encourageants. Sans eux, on a l'impression de travaille dans le vide et l'on finit par jeter un œil aux statistiques qui n'indiquent pas pour autant si le passage du visiteur a été agréable.
    Ah bon, c'est ton fiston! Mince, alors. Cela ne figurait pas non plus dans les stats!

    RépondreSupprimer

Commentaire de :