jeudi 24 décembre 2009

A geek, geek et demi



En juillet 2002, ARCHOS sort le premier lecteur multimédia de poche couteau suisse: l'Archos Jukebox Multimédia 20.

Excusez du peu: disque dur de 20 GB permettant le stockage et la lecture de fichiers sons aux formats MP3 et WAV, de fichiers vidéo au format DIVX4, de fichiers images au format JPEG et possibilité d’ajout d’un module caméra le transformant en caméscope ou d'un lecteur de cartes d'appareils photos numériques. Cerises sur le gâteau: ce disque dur était reconnu par un PC et pouvait donc faire usage de disque dur externe de capacité non négligeable pour l'époque. Un cordon vidéo vous permettait de le brancher directement sur un téléviseur pour la diffusion de son contenu image, sons et vidéos. Cerise sur les cerises, l’appareil pouvait servir aussi de magnétophone et une entrée externe convertissait directement au format MP3 la source sonore.

L’autre jour, je discutais avec un adolescent qui ne tarissait pas d’éloges sur les performances de l’incontournable IPod du moment, décliné en une foultitude de versions. Sept ans après, pour un prix équivalent de celui de mon antiquité qui fonctionne toujours et fait encore merveille pour mes échanges informatiques de PC à PC: «Nihil franchement nove sub sole ».

On n'est jamais mieux servi que par soi-même. Pour moins de 100 euros, je me suis déjà fait mon petit cadeau de Noël: un ARCHOS Vision 3 qui tient la dragée haute à la plupart des produits concurrents d’Apple, et en bien moins cher. Écran tactile, contenu multimédia identique, magnétophone, tuner FM et le gadget qui a assommé mon plus jeune fils, un émetteur FM qui permet d’écouter sans la moindre interface ou câble, en voiture sur un autoradio des années soixante, ou sur le transistor de papy, «Petit papa Noël» de Tino Rossi en MP3!

NB: petit conseil de tonton Pierre. N’oubliez jamais d’utiliser un format JPEG classique pour vos photos stockées. Le format progressif est rarement bien traité par les disques durs externes multimédias. Pour en avoir testé un bon nombre, c’est ce que j’ai constaté. Non, l'Archos Juke box Multimédia, ne faisait pas décapsuleur ou tournevis multiple. On entrevoit le vénérable appareil sur une antique application Flash figurant en bordure de blog: "Flash sur la Mansarde".

Archos est une société française créée en 1988 par Henri Crohas (Archos est une anagramme de Crohas). L'entreprise s'est d'abord positionnée sur les décodeurs de télévision (set-up box) et des disques durs externes pour les micro-ordinateurs de marque Amiga, avant de se lancer en 1996 sur les périphériques informatiques fournis en marque blanche pour les grands constructeurs. C'est à la fin des années 1990 que l'entreprise mise sur sa propre marque. Aujourd'hui, elle conçoit, fabrique et distribue un ensemble de périphériques informatiques mobiles, principalement des baladeurs numériques. Portée par la devise « Entertainment your way » (anciennement « On The Go » et avant « Think Smaller ») elle cherche à pousser toujours plus loin l'innovation et la miniaturisation de ses produits.

N'oublie pas mon petit caddy

Une petite application en Flash à la va-vite pour respecter les traditions.





mercredi 23 décembre 2009

Oups !

Pour conserver cette excellente habitude de faire travailler dans ce blog mes correspondants Internet, une brève de comptoir adressée par l'un d'eux avant les fêtes.

On fêtait le départ en retraite du curé de la paroisse par un souper d'adieu auquel le député maire était convié pour prononcer un bref discours de remerciements. Comme il tardait à arriver, le prêtre décida de prendre la parole pour faire patienter l’assemblée:

«Ma première impression de la paroisse, je l'ai eue avec mon premier confessé. J'ai tout de suite pensé que l'évêque m'avait envoyé dans un lieu terrible, quand celui-ci me confia qu'il avait volé un téléviseur, soustrait de l'argent à son père malade et avait détourné à des fins personnelles de l’argent au sein de son entreprise en plus d'avoir eu des relations sexuelles avec l'épouse de son supérieur. A l'occasion, il s’était même adonné au trafic de stupéfiants. J'étais atterré, apeuré, mais, le temps passant, je compris que l’immense majorité de mes fidèles étaient de braves gens. J'ai vu une paroisse remplie de personnes responsables, avec des valeurs morales en adéquation avec une bonne pratique de leur foi et le salut de leur âme. C’est pourquoi, j'ai vécu ici les 25 années les plus merveilleuses de mon sacerdoce. »

Sur ces mots arrive le député maire qui prend aussitôt la parole. Bien sûr, il s'excuse de son retard et poursuit son discours: «Jamais je n'oublierai le premier jour de l'arrivée du Père dans notre paroisse. En fait, j'ai eu l'honneur d'être le premier à me confesser à lui…»

Moralité : «N'arrivez jamais en retard.»



Une photo jointe au courriel du même correspondant - CLIC

mardi 22 décembre 2009

Private Investigations

*




Dire que les moteurs de recherche sont des outils redoutables n’est pas une expression vaine.

Je me suis amusé récemment à tester la chose. Il y a une trentaine d’années, j’avais une correspondante allemande que je n’ai rencontrée qu’à trois reprises au début des années 70. Ne me restait plus que son nom de jeune fille pour mener à bien ma recherche. Imaginant mal qu’elle l’ait conservé longtemps vu l’impact qu’elle avait à l’époque sur la gent masculine, je voyais mal comment mes recherches allaient aboutir avec cet élément de départ rudimentaire. Dans un premier temps, seuls un ou deux articles allemands qu’elle avait rédigés alors qu’elle était jeune journaliste sont apparus au milieu d’un listing hétéroclite concernant clairement des homonymes. Pas très avancé avec cela. Une seconde tentative plus tardive me permit de tomber, aller savoir ce que ce truc pouvait bien faire sur le net, sur un extrait d’une généalogie indiquant le mariage d’une personne correspondant au nom d’état civil entré dans les mots clefs avec un certain ****. Remplaçant alors l’ancien nom de famille par le nouveau, une copieuse iconographie à propos d'une personne chargée des relations publiques dans une grande banque de Münich, mariée au rédacteur en chef d’un magazine allemand célèbre d’automobiles, est apparue. Aucun doute permis, les quelques photos glanées sur la toile comparées à la seule photo noir et blanc qu’elle m’avait envoyée après notre première rencontre, montrait que ma recherche avait fait mouche.

" Mit freundlichen Grüßen, nach all dieser Zeit."Google pourrit la profession de détective privé !



lundi 21 décembre 2009

lundi 14 décembre 2009

Trouvez l'épithète

- Se noyer est une mort affreuse car on meurt à petit feu.
- La Lune est habitée puisqu'il y a de la lumière.
- L'étoile polaire se trouve à la queue du gros ours.
- Dans l'hémisphère Sud, la constellation qui permet de s'orienter est la Croix rouge.

Je me souviens encore de l’époque où Jean-Charles publiait dans le journal Pilote, ainsi que dans "La foire aux cancres", les perles d’élèves de primaire ou de collèges de France et de Navarre. Parfois, il m’arrivait de me demander si certaines d’entre elles n’étaient pas trop belles pour être vraies. Mon dernier fiston, actuellement en CM1, en a déjà pondues quelques unes. Malheureusement, le temps passant, je finis par les oublier. J’ai décidé de publier la dernière en date pour éviter cela.

L’exercice de grammaire consistait à trouver les adjectifs épithètes à apposer juste avant ou après les noms (fort logique pour des épithètes) à partir de phrases les évoquant. Ainsi :

Un champignon dangereux pour la santé de celui qui en consomme = un champignon ….
On pouvait répondre, à mon avis, vénéneux ou toxique.

Un transport qui permet aux passagers de voyager par les airs = un transport ….
Là, je pense qu’on ne pouvait légitimement que proposer aérien.

Un transport qui permet aux passagers de voyager sur la mer = un transport ….
Et là, le fiston qui s’empresse toujours de répondre plus vite que son ombre, à la vitesse à laquelle fonctionne son imagination, a laissé tomber avec sérieux:

« Un transport merdique » …

vendredi 11 décembre 2009

Quand le contrôle parental sait se faire efficace


A partir d'un lien qui m'a été fourni par un correspondant. Vous pouvez lancer et laisser défiler le clip proposé après son chargement sans craindre d'outrepasser les règles de la bienséance.


vendredi 4 décembre 2009

Vous pensez à quoi?




Bon, pour ceux qui ne comprennent, ni l'allemand, ni l'anglais: la confusion de ce pauvre garde-côtes allemand, trop hâtivement promu à un poste névralgique par son collègue, se fait entre deux verbes anglais to sink = couler et to think = penser. "Nous sommes en train de couler" devient alors pour lui "Nous sommes en train de penser" et notre malheureux de demander "... à quoi?", bien entendu. Vous pouvez imager facilement le reste du dialogue.

jeudi 3 décembre 2009

A bon entendeur, Chao


Manu Chao, né Jose-Manuel Thomas Arthur Chao le 21 juin 1961 à Paris, est un chanteur auteur-compositeur-interprète et musicien français devenu une figure majeure du rock ( ? sa musique dépasse les classifications réductrices) français et de la musique latine avec son ancien groupe Mano Negra. Il accomplit depuis plusieurs années une carrière solo internationale à succès et se produit dans le monde entier avec son groupe Radio Bemba.

Sa mère, Felisa, est originaire du Pays basque espagnol et son père, Ramón, de Galice, est écrivain et journaliste à RFI Amérique latine ; Ramón Chao a reçu une formation de pianiste classique en Espagne, puis a obtenu une bourse d'étude de musique classique pour venir à Paris. Ainsi, durant l'enfance de Manu Chao, de nombreux écrivains d'Amérique Latine passeront à la maison, dont certains amis proches de son père comme Gabriel García Márquez, Alejo Carpentier et Juan Carlos Onetti. Manu a un frère de deux ans son cadet, Antoine. Peu après la naissance de Manu, la famille emménage dans la banlieue parisienne (Boulogne-Billancourt puis Sèvres).

L'implication latino-américaine prise par Manu Chao à travers les extraits radios, les thèmes musicaux, les textes et son accent inqualifiable sont telles que beaucoup d'hispano-américains ne savent toujours pas qu'il est d'origine française.


Quand on évoque en musique le métissage des genres, ce n’est pas un vain mot avec notre homme. Cette performance scénique d’énergie pure que présente le clip vidéo du billet associe une faune (le terme ne se veut aucunement désobligeant) luxuriante improbable, à la Kusturica. Le groupe compte en son sein la guitare de Madjid Fahem, la batterie de David (Bourguignon), la basse de Gambeat, les trompettes siciliennes du napolitain Angelo Mancini, déjà présentes sur le disque Clandestino.

Un truc à donner la pêche dès le réveil.


mardi 1 décembre 2009

Le président a une dent contre lui


Vidéo adressée par un correspondant œuvrant dans le conseil juridique. Je doute que le personnage principal de ce clip soit un de ses clients. Ce n'est pas à souhaiter...

Logo Star Wars




Le Logo d'à nous

Le blog-notes de la Mansarde et La Porte dans la Pendule ont été mis à contribution pour la création d’un logo destiné au club sportif, «Triathlon Nancy Lorraine». Après un départ tardif de notre part du à des directives mal comprises – les couleurs imposées et la référence obligatoire à la région en particulier - nous avons fourni un travail commun adressé à mon voisin d’en face, membre du club et participant au concours. La « dead line » a été repoussée de justesse au jeudi de cette semaine. Pour influencer le jury, garantir nos droits d’auteurs et éviter tout plagiat de Phil le filou, le dit-voisin, qui nous ferait passer sous le nez la récompense éventuelle en cas de victoire – une mousse les rats ! – nous publions notre logo faisant foi devant Maître Jonas, Huissier de Justice, de la pérennité de cette création.

Plaisanterie mise à part, cela m’a permis de mettre le nez dans l’outil de conception graphique redoutable qu’est Illustrator. Je connais désormais le millième des capacités nécessaires à sa maîtrise. Cela va me permettre tout de même de me lancer dans la commercialisation de T-shirts avec transferts graphiques que je pourrai vendre sur les plages pendant mes futures vacances et rentabiliser ainsi le séjour!

N.B: nous ne proposons pas le fichier source vectoriel au format .ai pour éviter l'erreur du débutant ! Ce fichier est gardé précieusement au Pavillon de Breteuil à Sèvres à coté du mètre étalon en platine iridié.

N.B2: je signale à Caroline que je m'inscris en "freelance" au projet de conception d'un "flyer" soirée seventies demandé par son école. Oui, je sais, tous les objets ne sont pas en vectoriel pur , la thématique est un brin sixties et la taille de mon affiche est au dessus des chiffres imposés, mais on travaillait comme ça dans le temps, cool my friend, il est interdit d'interdire, take this joint. On constatera le rendu calamiteux du JPG pour ce genre de travail: bavures au niveau du soleil, pour exemple.


Raaah! Notre logo est arrivé deuxième sur une cinquantaine de projets. Le vainqueur:



Mars 2010:

Pour le fun, je propose le lien Flickr où un enseignant de l'IUT Charlemagne de Nancy présente les "flyers" réalisés par ses étudiants sur deux thèmes imposés (soirée 70 et soirée Harley Davidson) devant respecter des consignes qui me sont par ailleurs inconnues. Les appréciations du correcteur sont présentes en commentaires. A noter que ce dernier n'apprécie guère les effets de biseautage... On notera une légère différence entre la qualité de ma conception de butor ayant mis le nez quelques heures dans les logiciels ad hoc et celle des travaux de jeunes pousses maîtrisant déjà avec talent quelques unes de leurs subtilités. Malheureusement, les notes données aux travaux ne sont pas accessibles, histoire de polémiquer un peu !