vendredi 15 mai 2009

Pas photo !





Réflexions philosophiques du soir, bonsoir.


La compression des données audio, une avancée technologique ?


Comme tout un chacun, j’ai stocké un temps une bonne partie de mon audiothèque sur différents supports multimédias: baladeurs MP3, disques durs externes multimédia... Cela facilite grandement l’échange des données et permet d’embarquer facilement une quantité astronomique de morceaux musicaux sur des supports de taille minime. Les téléchargements sont aisés, rapides et fiables. Les codecs sont variés mais le principe reste le même et la qualité de restitution, en modulant l'échantillonnage selon le type, très comparable.


Quid de la qualité musicale et du confort d’écoute ?


La clef USB baladeur avec écouteurs éponges qu’on se colle dans le conduit auditif externe pour écouter péniblement un morceau MP3 échantillonné en 128 Kbits/sec constitue à mes yeux, en plus de mes oreilles, une forme de régression. Qui plus est, je dois avoir une anatomie auriculaire atypique : ces trucs ne tiennent jamais en place.

Quand, quelques décennies plus tôt, je hantais les auditoriums des magasins spécialisés en matériel HI-FI et qu’on me décrivait avec volubilité et passion les caractéristiques techniques des chaînes en démonstration : rapport signal/bruit, taux de distorsion, réponse en fréquence, distorsion harmonique totale, bande passante… je voyais à l’ouvrage une fourmilière de chercheurs et des équipes d’ingénieurs soucieux d’atteindre des critères de qualité d’écoute suivant une courbe asymptotique visant à tutoyer la perfection, sans, "bien entendu", jamais l'atteindre, par définition.

Quand on me faisait entendre un CD audio dédié aux tests de réponse et aux capacités d’encaissement d’enceintes prestigieuses de la taille d’un bahut normand, j’imaginais des artisans perfectionnistes ayant un lit d’appoint dans leurs chambres acoustiques comparant sans relâche l’évolution de leurs matériels.

C’est comme si la vulgarisation du CD audio et l’apogée des techniques mises en œuvre dans de nombreux domaines de la haute fidélité avaient fini par lasser le consommateur et sonner le glas de ces beaux objets au design élaboré. Peut-être que la taille des appartements modernes ne permet plus de loger ces prestigieuses chaînes HI-FI. Les ingénieurs du son dorment désormais dans le métro ?

Bon sang de bonsoir ! Écouter une symphonie de Beethoven ou une étude de Chopin avec un baladeur dans la station d’accueil d’une structure improbable d’amplification de bruit de fond ! Voici revenu le temps des invasions barbares…

Rétro lien
sujet évoqué dans une nouvelle.

6 commentaires:

  1. je suis completement d accord avec Toi Mr WEBPUPIL,avec les ecouteurs,j entend de la Musique plus que je ne l écoute ... heureusementil y a les "Cabasse" pr se ressourser de temps en temps.
    Là ou je ne suis pas d accord, et cela va te rassurer: tu n es pas le seul !!!! moi aussi avoir une anatomie auriculaire atypique,ça tombe sans cesse .... et çà se prend ds les rayons de Velo! GGGGRRRRR !!!

    RépondreSupprimer
  2. Philippe> Déjà deux dans l'équipe des écouteurs qui tiennent pas.

    Bricoleur ingénieux comme tu es, tu devrais concevoir un système pour monter tes "Cabassse" à l'arrière du vélo. Tu imagines le "classieux" de l'équipement! Garde les écouteurs pour les jeter dans les rayons des concurrents dangereux.

    RépondreSupprimer
  3. BUNNY Bugg's16 mai 2009 à 07:18:00

    Et de trois dans l'équipe des écouteurs qui ne tiennent pas, docteur !

    RépondreSupprimer
  4. Bunny> Ah Ah! Je vais devoir me décider à constituer un florilège des commentaires du blog. En voilà un qui sera sans conteste en bonne position. Si tu rencontres Dumbo, passe lui le lien pour avoir son avis. M'étonnerait qu'il ne bouge pas une oreille à propos de ce matériel ni fait ni à faire lui qui rageait déjà contre les souris des ordinateurs. Tu me diras, j'ai entendu dire qu'on l'avait hospitalisé ces derniers temps car il avait éternué en tapant un commentaire sur un blog aspirant ainsi plusieurs touches du clavier qui avaient fait fausse route.

    RépondreSupprimer
  5. Un vagabondage de fin de semaine dans l’univers des blogues m’a fait découvrir aujourd’hui le vôtre.

    Une heureuse surprise. J’ai mis le nez dans quelques unes des nouvelles sur le cheminement de la passion amoureuse que vous proposez aux visiteurs. Je les ai trouvées de fort bonne facture. Quelques-unes à mes yeux, mériteraient d’être publiées si ce n’est pas déjà le cas.

    Vos anecdotes me plaisent tout autant. Dans cet univers du vite consommé et du coup d’œil furtif que me paraît être celui de "l'internet", consultant les statistiques de lecture que vous avez adjointes, il est bien dommage que les visiteurs n’aient pas montré plus d’attention à l’une d’entre elles que j’ai trouvée particulièrement savoureuse : « Cacophonie en sous-sol ». Elle aurait pu plaire au regretté Michel Audiard dont vous citez un court extrait de ses dialogues de films jubilatoires.

    J'ai inséré ce commentaire dans ce billet, ne sachant pas, si placé ailleurs, vous en auriez eu connaissance aisément. Mon grand âge explique que je ne suis pas rompu aux subtilités de la rédaction en ligne.

    Au plaisir de vous lire encore.

    RépondreSupprimer
  6. Jean>
    Je balance entre canular et commentaire flatteur. Les habitués du blogue ont pour habitude d'utiliser des pseudonymes.

    Première option: j'ai relu récemment quelques nouvelles de Dino Buzzati et d'Anton Tchekhov et trouvé les miennes d'un niveau bien supérieur. Ma modestie ne sera satisfaite qu'après ma nomination au prix Nobel de littérature. J'envisagerai alors leur publication.

    Seconde option: je vous remercie pour ce commentaire encourageant. Concernant votre grand âge que je peux évaluer, sachez que mon dernier fiston le situe après 18 ans. Vous pouvez laisser des commentaires où bon vous semble. Je suis averti par courriel de leur apparition.
    Quant aux statistiques, elles ne font réellement apparaître clairement que les consultations directes. Ainsi un billet qui reste longtemps sur la page d'accueil peut avoir été consulté de nombreuses fois sans incrémentation si on ne l'a pas isolé en cliquant sur le titre. J'avais mis ce gadget en bordure pour comprendre les mécanismes de consultation. En fait les mots clefs du titre sont prépondérants et l'iconographie proposée dans le billet. Les deux billets les plus consultés en témoignent. J'ai ouvert mon blogue dans un but ludique et pas pour faire du chiffre. L'univers des blogues est effectivement le royaume de la consommation rapide par excellence.

    Je constate que votre éducation est aussi archaïque que la mienne. Vous avez eu l'amabilité et la courtoisie de signer votre passage. Je vous en remercie.

    RépondreSupprimer

Commentaire de :