lundi 12 janvier 2009

Argentique argenté






Quatre argentiques du mordant hiver 1999 prises avec des doigts gourds dans le secteur de Nancy-Brabois pour en finir avec les photos consacrées à la quatrième saison de l'année. Mon Canon EF à cellule au silicium a bien résisté aux températures extrêmes comme l'affirmait la notice. Cependant, la comparaison avec les clichés proposés dans le billet précédent, montre bien que j'ai beaucoup de pain sur la planche photographique!

6 commentaires:

  1. NEMEU-REMERCIEZPAS13 janv. 2009 à 10:13:00

    Pour les amateurs de photos: http://www.boston.com/bigpicture/

    RépondreSupprimer
  2. Nemeu-Remerciezpas> Si, si! j'y tiens!

    Tout d'abord, je tiens à vous féliciter pour l’élaboration de ce pseudo alambiqué qui a du mettre à rude épreuve votre imagination et vous épuiser pour la journée. Ensuite, je tiens, si ! si ! à vous remercier pour ce lien passionnant qui a pu:
    - me faire saliver devant une photo du Paris-Dakar d'Amérique du Sud, compétition « vroum! vroum! » dont je me fous éperdument, ce qui n’est sans doute pas le cas des familles des spectateurs morts sur son trajet, les autres, c’est, ou c’était plus exactement, leur problème.
    - me faire rêver devant une explosion de missile. Malheureusement, on ne voit pas une goutte de sang sur la photo ou de cervelle collée aux murs.
    - me faire découvrir qu'il existait un conflit israélo-palestinien, au cas où le dernier demi-siècle ne m'aurait pas renseigné sur le sujet.
    - m'extasier devant un policier grec au milieu de gravats que certains malveillants pourraient prendre par derrière et par surprise.
    - me poser des questions sur l'état de santé du futur dirigeant des USA souriant béatement sous la pluie.
    - m’amener à confondre dans ce carambolage d'images, des nonnes de Bethléem avec des membres de Ku Klux Klan.
    - Ouf, me faire contempler une monumentale sculpture sur glace pouvant enfin coller au sujet du billet. Malheureusement, j'ai raté la même sur un de mes rouleaux, sauf qu’il s’agissait d’un bonhomme de neige.

    Quant à la technique photographique déployée par les auteurs, on est bien d'accord, je ne vais pas gagner ma vie avec mes photos…

    RépondreSupprimer
  3. NEUMEU-REMERCIEZPAS13 janv. 2009 à 16:14:00

    Allons, allons, ne me dîtes pas que vous vous moquez du Paris Dakar argentin (argentique?). Nous avons tous en mémoire votre maniement hasardeusement téméraire de la 404 paternelle; prélude à tous les défoulements auxquels vous vous abandonnâtes sur les routes improbables d'une région qui ne l'était pas moins; à bord d'une R18 dont la couleur bordeaux ne manquait pas de renseigner vos victimes potentielles sur vos préférences en matière d'absorption de liquide.
    En revanche, ce que vous inspirent les grecs, relève de votre vie privée et ne nous regarde pas…

    RépondreSupprimer
  4. Suite> La R18 bordeaux ou autre variante de bleu-rouge: inconnue au bataillon des caisses à savon dans lesquelles j'ai semé la terreur sur les départementales d'une région que vous sillonniez en Autobianchi de couleur tout aussi improbable. La 404 blanche: j'opine et non chopine. Quant au policier grec, un photographe au moins a eu la même idée en le tirant coté verso et sa vie privée ne regarde que lui, j'opine itou.
    Il faut dire que mes goûts en photographie sont d'un classicisme affligeant: on clique ici

    RépondreSupprimer
  5. Ok pour la couleur...en revanche la seule terreur qu'elle pouvait inspirer vu son état était celle de mes finances...

    RépondreSupprimer
  6. D Maské> Je m'explique enfin le numéro "0" collé sur les flancs droit et gauche du bolide qui me paraissaient alors correspondre à un groupe sanguin incomplet comme en apposent les rallymen. La queue de tigre Esso accrochée à l'antenne pouvait laisser croire cependant que le propriétaire était un nabab, ou tout du moins un maharadja exposant l'appendice caudal d'un de ses trophées de chasse.

    RépondreSupprimer

Commentaire de :