lundi 17 novembre 2008

Variation sur un thème ancien

Dans la série des applications programmées en Flash: une variation sur le thème publicité déjà abordé dans une strate ancienne du blog. Poids en octets de 7 Ko, tout en Actionscript. Encore un truc qui ne sert à rien mais qui fait travailler un peu mon cerveau engourdi tout en révisant quelques fonctions de gestion des clips. Les clips, ce sont les machins qui bougent. Chiant à régler tout de même ce bras astral à la gloire de la mansarde à Pierrot...
Ce bazar ayant l'air de faire chauffer outre mesure le blog déjà bourré de gadgets gloutons en temps machine, je préfère l'isoler sur une page pour éviter les plaintes!
Avant d'afficher l'application, on ouvre les fenêtres, celles de la pièce, pas celles de Windows, parce que paradoxalement, plus on ouvre celles-ci, plus ça chauffe... Étrange, tout autant que le fait de cliquer sur "Démarrer" pour arrêter l'ordinateur!
NB: Passage à Highslide 4.0.8 bien plus facile à manier sur un blog désormais pour un néophyte comme moi. Plus d'interférences avec les paramétrages Javascript du modèle et les fonctions d'appel des pages HTML et des applications Flash fonctionnent aussi facilement que sur site: tester "ACCUEIL" en marge droite.

4 commentaires:

  1. Oh le joli ver de terre !

    RépondreSupprimer
  2. Le palmipède> On ne pense qu'à la bouffe! Mes qualités d'infographiste en prennent un méchant coup tout de même. Déjà qu'une de mes filles, disons 25 ans galanterie oblige, m'avait dit: "Ça fait un peu peur ton truc."
    Je me demande maintenant si ce qui l'inquiétait n'était pas tout bonnement le délire à la base de cet exercice informatique...

    RépondreSupprimer
  3. Je n’avais pas vu que ton ver galactique n’était pas un simple gobeur de lettre … la fleur avant le « M » … c’est charmant !!!! Du coup, il ne me fait plus du tout peur …

    RépondreSupprimer
  4. Mlle Myotosi> j'avais déjà subodoré que les interprétations données par les critiques aux grandes œuvres d'art pouvaient s'éloigner de la vision initiale du créateur. Ne désirant aucunement tuer dans l'œuf l'imaginaire et le vagabondage interprétatif du spectateur suite au choc du à la rencontre avec l'œuvre, de mon vivant, je tiens à signaler, tout de même, que ma fleur souhaitait symboliser une étoile tout en ayant un rôle platement utilitaire: éviter que le ver ne gobe bêtement le vide de l’espace entre l’article et le nom… Souhaitant couper court à d’autres élucubrations du genre, sur le magnifique logo que j’ai créé avec mes pauvres mains dans la marge droite pour mener au site de la Mansarde: le truc au dessus du «M», c’est une étoile, le truc au dessus du «n» c’est le toit du chien assis de la mansarde, le truc vert symbolise le feuillage d’un arbre dont le "r" tient lieu de tronc et branche et le bidule rouge dans le «e» est sensé figurer une langue. Le «e» se bidonne. Pourquoi? Faut lui demander. Le cercle jaune est la trace laissée par le cul d'une canette de bière.

    RépondreSupprimer

Commentaire de :