dimanche 29 avril 2007

Conflit des générations


Mon dernier rejeton de bientôt sept ans me demandait récemment : « C’était comment les jeux d’ordinateur à ton époque ? ». Napo disait qu’un bon dessin valait mieux qu’un long discours. Je me suis attelé à la tache pour recréer le genre de jeu qui tournait sur mon premier ATARI. Il m’a dit, comme ça, en douce, au décours d’une longue soirée de programmation erratique d’un bidule shoot’em up like qui me paraissait de haut niveau : « Trop fastoche ! Et tu devrais mettre des compteurs de vie. » Une claque et au lit, le sale môme ! J’avais rien prévu dans le domaine des attaques des martiens. Faut pas charrier. Moi j’aime bien les jeux où j’arrive à gagner.

mercredi 25 avril 2007

Coup de folie

Le blog, c’est bien beau mais le site partait peu à peu en vrac. Un ami m’a glissé la bonne métaphore: son édification anarchico-baroque obstinée fut assez proche de celle du palais du facteur Cheval. Empilement erratique de galets et de verroteries, la cathédrale gothique flamboyant, allait finir par choir sur son grand prêtre et devenir d’un usage parfaitement abscons. L’obsessionnel qui sommeille en moi, se trouvait peu à peu dépassé par la foule des rites compulsifs de défense à la Sisyphe à entreprendre pour maintenir en état l’architecture des lieux. A la veille des élections présidentielles, le bon choix de bulletin à glisser dans l’urne ne faisait qu’accroître l’anxiété propre à la névrose. Il fallait s’attendre à une sauvage contre-attaque du refoulé. J’ai explosé ma page d’accueil au décours d’un passage à l’acte sanglant pathognomonique. En sus, avec mes pauvres mains, j’ai tenté de remettre un peu d’ordre dans le foutoir des dossiers et sous-dossiers de mon serveur dépassé par l'arborescence. Dès qu’on tourne le dos, c’est bien connu, la poussière envahit aussitôt les lieux. Comme la tornade blanche obstinée du film de Jacques Tati « Mon Oncle », j’ai passé le plumeau revêtu de mon gracieux tablier nylon et récuré aux antiseptiques les hyperliens véritables nids à microbes dont use tout un chacun effrontément sans se laver les mains. L’ergonomie de pointe retrouvée par ce site fondamental dans l’univers Internet attend désormais les internautes de l’Univers et au-delà. Cela ne peut que doper les retombées financières attendues par mes sponsors. J’ai refusé une offre mirobolante de Bill Gates pour ne me consacrer qu’à cette entreprise héroïque. Celui-ci sentant fondre ses parts de marché comme neige au soleil face à mon offensive napoléonienne tentait probablement une OPA sournoise. Le revers de la médaille, beaucoup de mes repères ont sauté dans l’affaire et je suis désormais victime de tics faciaux et de quelques troubles signant la survenue d’une maladie de Gilles de la Tourette : « Enc.. de @@@ de b… de m*** ! » La nouvelle Mansarde

vendredi 6 avril 2007

Y'a de l'idée...

*
Le titre du billet reprend la sentence sempiternelle d’un prof de Maths de sixième lorsque nous lui présentions nos réalisations en Mécano destinées à illustrer de manière ludique des lois mathématiques apprises durant la semaine. Aux dires des spécialistes de l’animation, les mouvements réalistes appliqués aux fluides en images de synthèse sont très ardus à programmer et demandent parfois des temps de travail machine considérables. Etienne Roddier fournit une solution spectaculaire dans une application simplissime programmée en Flash proposant un travail sur les masques. Bon, il s’agit d’un effet ponctuel appliqué sur l’image dupliquée d’une photo. Le passage du pointeur de la souris sur les boutons rouges module l’amplitude des vagues générées sur son reflet aquatique. Simple, efficace, spectaculaire. Il n’y a pas à dire : « Y’a de l’idée ».