mercredi 15 août 2007

La Clepsydre



La clepsydre est une horloge à eau fonctionnant sur le même principe qu’un sablier. La plus ancienne a été retrouvée en Égypte à Karnak. Sa fabrication remonterait à 1600 av JC. Elle consistait en un bol conique percé d’un petit orifice juste au dessus de sa base et laissant échapper l’eau. Des graduations à l’intérieur permettaient de lire le temps écoulé en fonction du niveau d’eau encore présent. Les égyptiens méconnaissaient le principe hydrodynamique qui voulait que la pression en un point d’un liquide soit proportionnelle à la hauteur de la colonne qui le surplombe. Ils en avaient fait cependant l’observation empirique en constatant que l’écoulement du liquide était rapide quand le récipient était plein et presque nul en fin de vidange. La répartition des graduations en témoigne. Les Grecs, grands bavards devant l’Eternel utilisaient cet outil pour allouer un temps de parole défini aux orateurs de l’Agora. Ce sont eux qui perfectionnèrent la clepsydre en utilisant un deuxième récipient dont le niveau était maintenu constant par remplissage continu via une source d’eau ou un troisième récipient de grande contenance. Cela permettait un remplissage à débit constant du vase inférieur mesurant le temps avec une plus grande précision.

Ceux qui se sont amusés à faire cuire un œuf à la coque avec un bon vieux sablier ad hoc ont probablement eu la mésaventure de voir l’engin se bloquer au niveau du détroit entre les deux bulles de verre. Difficile d’éliminer tous les grains de sable de gabarit indésirable. L’emploi de l’eau contournait cet obstacle. Je me suis amusé à créer en Flash une animation reprenant les principes de la clepsydre avec quelques délires technologiques surprenant mais n’entamant aucunement les bases de conception de ces engins. Bon, à vous de jouer. Le temps qui m’était imparti est désormais écoulé.


*
N.B: A voir ou à revoir le film de Wojciech Has: "La Clepsydre"

3 commentaires:

  1. Les Romains tentèrent en vain d'utiliser cet outil. Remplissant le réservoir principal de vin, on trouvait toujours un décurion le gosier ouvert couché sous le filet de remplissage...

    RépondreSupprimer
  2. Oui mais parfois le centurion avait pissé dans le vase. Le Romain est un farceur subtil.

    RépondreSupprimer
  3. Macheprot> je reconnais bien là l'humour badin à la finesse de dentelle du néandertahlien se dissimulant traîtreusement sous ce pseudo. Cela vaut mieux d'ailleurs...

    RépondreSupprimer

Commentaire de :