vendredi 2 mars 2007

Quand le cerveau n'en fait qu'à sa tête

L’apôtre Thomas, dit-on, ne voulait croire que ce qu’il voyait. Le principe n’a rien de condamnable et peut lutter contre les illusions et les pièges tendus par une crédulité excessive. Des zones spécialisées du cortex cervical humain sont chargées de la reconnaissance visuelle instantanée d'objets familiers. Elles sont en liaisons permanentes avec des secteurs mnésiques qui les conservent en bibliothèque dans des configurations spatiales variées. Cette fonction encéphalique bien utile possède cependant ses limites. Elle entre parfois en conflit avec une autre dédiée celle-ci à la discrimination des couleurs.
Seule l'utilisation d'artifices peut lutter contre la perception érronée que le cerveau tient à nous donner. L’exemple qui suit illustre ce type de conflit cognitif pour la vision d'un échiquier mémorisé avec ses habituelles alternances de cases sombres et claires.
Testez la petite animation en Flash que je vous ai concoctée ci-dessous. Voir également ce lien La Mansarde





7 commentaires:

  1. ha oui, je me souviens la première fois que je suis tombé sur cette figure, j'étais tellement incrédule que j'ai du la charger sous photoshop pour faire des mesures de couleur à la pipette. Le plus marrant c'est que ce genre d'illusions ont aussi été montrées chez les animaux (et notamment les abeilles). Il y a quelques années, j'ai même utilisé ces "erreurs cognitives" pour tromper les butineuses sur leur distance de vol.

    Comme le disait si bien Bertrand Russel : "A hallucination is a fact, not an error. What is erroneous is a judgment based upon it"

    RépondreSupprimer
  2. Proc> C'est marrant j'ai vu il y a quelques semaines un reportage sur le sujet que tu évoques avec les abeilles butineuses. Je crois me rappeler qu'on les faisait passer dans un conduit produisant des striations lumineuses perturbant leurs repères spatiaux habituels et altérant les messages à délivrer à leurs consoeurs pour la localisation du butin de pollen que les chercheurs disposaient en bout de circuit. Tu devrais nous faire un petit topo dans un futur billet. J'ai pas tout compris !

    RépondreSupprimer
  3. "Tromper les butineuses sur leur distance de vol..."
    C'est malin !

    RépondreSupprimer
  4. Chère Maya, je comprends parfaitement votre agacement. Nous vivons dans une société pourrie où l'on ne respecte plus le labeur obstinée mais au combien précieux du prolétariat zinzinant des forces vives de la nation. On ferait bien mieux de s'attaquer à la ploutocratie qui fait du miel sur leur dos.

    RépondreSupprimer
  5. Contre nous de la tyranie le dard tendu sans gland est levé !

    RépondreSupprimer
  6. The Webpupil > haha, tiens ! il y a de fortes chances que ce soit moi que tu ais vu dans ce reportage (ma manip avec le tunnel strié avait été filmée par plusieurs journalistes et ces reportages sont assez régulièrement rediffusés)

    RépondreSupprimer
  7. Pas vrai ! si j'aaurais su j'aurais enregistré l'émission de France 5. Cela aurait pu faire l'objet d'une petite vidéo sur le blog !

    RépondreSupprimer

Commentaire de :